En outre, la recherche de l’impression réelle avait d’avance annihilé tout l’effort artistique des comédiens

Chez les anciens, le rôle du choeur était bien plus considérable que ne l’est jamais chez les modernes la figuration.

Je remarquerai d’abord, au sujet des oeuvres appartenant aux littératures anciennes ou étrangères, que si la représentation d’une oeuvre dramatique a servi à la mettre en lumière, ce qui n’est pas niable, elle n’a pas suffi à lui assurer la renommée durable qui en a perpétué le souvenir dans la postérité. Ainsi compris, l’art de la mise en scène aurait sa fin en lui-même, ce qui serait, pour qui réfléchit, son anéantissement, car il deviendrait, ici, l’art du peintre, là, l’art de l’architecte, là, l’art du sculpteur, là, l’art du tapissier, etc. Quant à la décoration et à la mise en scène, elles étaient ce qu’elles pouvaient au milieu des spectateurs privilégiés qui encombraient la scène. CHAPITRE XXVI Du costume tragique.

Personne n’entre à la Comédie-Française avec la prétention de se rendre meilleur, de former son goût, d’élever son esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.